Le site Coach On Line en chargement

DEveloppement-professionnel-.jpg

18 février 2016 blog0

La curiosité professionnelle d’un collaborateur est-elle toujours un point apprécié au travail? Est-ce un atout ou un défaut ?

La curiosité en tant que trait de caractère résulte directement d’une des émotions dites « primaires », à savoir la surprise. Comme toutes les autres, elle n’est ni bonne ni mauvaise en soi, et bien abordée a un très fort potentiel déclencheur d’actions. La curiosité saine et conforme au contexte pousse la personne à apprendre, à évoluer, à découvrir, à relever les défis, à chercher des solutions innovantes, à mieux maîtriser son métier et progresser dans sa carrière, enfin à être optimiste et prédisposé au changement perçu comme une opportunité et non pas le mal que l’on subit.

Toutefois, comme chaque chose, la curiosité doit être tempérée pour ne pas devenir un défaut. Quelqu’un qui pose des questions trop fréquentes, personnelles et déplacées devient rapidement un simple fouineur ; quelqu’un qui néglige les missions qui lui sont confiées pour tourner sans arrêt à la recherche des nouveautés – devient inefficace dans ses résultats. Et si, par hasard, il prend connaissance des informations sensibles, il pourrait même se mettre en danger.

Comment recadrer ce caractère pour gagner en performance?

Une personne de nature curieuse a besoin d’être bien orientée et bien encadrée (parfois même contrôlée) et avoir l’environnement et les missions qui lui correspondent. Sa place de prédilection serait plutôt dans le domaine de l’innovation, de la recherche, de l’intelligence économique ou du journalisme. Au contraire, les métiers d’exécution et de rigueur qui exigent de se conformer strictement aux ordres et aux règles établies – vont lui être pénibles.

En outre, si l’entreprise considère certaines informations comme stratégiques ou sensibles, c’est au management d’en définir les modalités d’accès et le contrôle par les personnes qualifiées autorisées, par tous les moyens disponibles : la sécurité informatique et des réseaux, les règles de l’archivage, le classement des dossiers et des circuits des plis confidentiels, et enfin les formations du personnel visant sa sensibilisation dans ce domaine.

Lors d’un entretien d’embauche, doit-on montrer sa curiosité, ou au contraire, la camoufler ?

L’entretien d’embauche est une bonne occasion pour montrer sa curiosité « saine » : prouver à son interlocuteur que nous nous sommes intéressés à l’entreprise, son activité, sa culture interne, sa position sur le marché, ses perspectives d’avenir. Cet intérêt va démarquer positivement le candidat. Aussi, en ce qui concerne le métier lui-même et les innovations qui y sont liées, le candidat volontaire et curieux d’apprendre sera certainement apprécié si le poste à pourvoir nécessite une telle aptitude.

En revanche, un candidat qui dévoile sa nature curieuse excessive, p. ex. révèle les informations à caractère confidentiel dont il ne devrait pas avoir la connaissance, suscite rapidement la méfiance du recruteur.

Vos conseils

La curiosité compulsive et démesurée peut être nocive et pousser la personne à des comportements socialement inadmissibles : écouter aux portes, lire le courrier qui ne lui est pas destiné, regarder les écrans des collègues par-dessus l’épaule, toucher au téléphone portable de quelqu’un juste pour voir sa liste des appels ou le contenu des sms etc.

Quelles que soient nos motivations dans la recherche des réponses, il est primordial de respecter les principes de confidentialité professionnelle, la sensibilité et la vie privée des gens : ne pas leur poser des questions personnelles ou embarrassantes dont le seul objectif serait juste de satisfaire notre irrépressible envie de « savoir ».

Pire, une personne trop curieuse juge souvent utile de partager les informations récoltées et là, nous sommes non seulement dans l’indiscrétion, mais aussi dans la diffusion incontrôlée voire dans les ragots purs et simples, souvent doublés d’une médisance.

D’un autre côté, la curiosité bien dimensionnée pousse la personne à apprendre tous les jours et dans toutes les situations, à en tirer des conclusions et donc à être plus performante. Lire son journal quotidien, confronter les points de vue des différentes sources, être ouvert au monde – sont aussi un excellent exercice pour développer sa culture générale tant demandée.

Malgorzata Saadani


Copyright Coach On Line 2017.